7 petits conseils précieux pour passer à l’action sans perdre plus de temps.

Je suis souvent surpris, lorsque je discute avec mon entourage, du potentiel intellectuel qui présent autour de chacun d’entre nous. Nous sommes tous des machines à idées, mais très peu d’entre nous mènent leurs idées à terme. J’ai même été, à plusieurs reprises, témoin de personnes ayant des idées originales auxquelles ils n’ont pas réellement cru, puis voir ces mêmes idées réalisées par d’autres personnes plus tard avec beaucoup de succès. Pour faire court, nous avons tous une grande tendance à ce que l’on appelle : la procrastination. Alors, comment éviter cela et trouver la force de passer à l’action et de mettre en application ses idées ? Je vais partager ici quelques éléments qui m’ont permis pour ma part (et qui me permette encore) d’éviter la procrastination.

Mais avant de commencer à proposer ma liste, je souhaiterai rappeler une évidence qui servira de conseil en avant propos : il est important de se former ou de s’informer pour maîtriser au mieux son sujet. En effet, ceci fournira une assurance qui favorisera le passage à l’action. Et si je ne le mets pas dans la liste ci-dessous, c’est parce que se former consiste déjà en soi à un passage à l’action que beaucoup d’entre nous remettent à plus tard.

1. Se connaitre.

Première leçon que j’ai tiré et dont je souhaite vraiment vous faire part, c’est qu’il est primordial de vous connaître vous-même. Sachez identifier vos points forts et points faibles et évitez de prendre tous les bons conseils que vous rencontrerez de manière académique, mais tachez plutôt d’en comprendre l’essence et de les adapter à votre personnalité. Connaître son tempérament est indispensable pour sortir efficacement de la procrastination. Car bien que vous trouverez par-ci et par là des conseils précieux pour passer à l’action, ils ne seront pas forcément adaptés à votre personne. Il faudra donc adapter ces conseils avec ingéniosité à votre tempérament.

2. Améliorez vos conditions de travail.

Le deuxième conseil que je pourrais donner c’est que pour favoriser le passage à l’action, il faut tout simplement travailler en premier lieu à réunir les conditions favorables à ce passage à l’acte. Cela implique de prendre en considération notre personnalité comme nous l’avons vu dans le premier point, mais aussi le milieu dans lequel nous allons travailler. Une première partie de notre énergie doit être concentrée à améliorer notre confort de travail. Le premier conseil rejoindra donc ici le second en ce sens que nous n’avons pas tous les mêmes besoins en terme de confort ni même la même définition ; il faudra donc bien se connaitre pour mettre en place son environnement de travail de manière efficace. Toutefois, ne soyez pas non plus trop exigeant quant à vos conditions de travail, ce qui aurait tendance à vous donner un prétexte pour continuer à procrastiner et ne jamais passer à l’action.

3. Notez tout.

Le troisième conseil c’est de supprimer toute gêne à prendre des notes. C’est vraiment important. N’ayez pas peur du ridicule et chassez cette gêne par tous les moyens si vous en êtes victime. Prenez toujours de quoi prendre des notes sur vous, un carnet et un stylo ou tout ce qui vous conviendra. Puis notez régulièrement non seulement vos idées, mais aussi les moyens de les mettre en application à chaque fois que vous en avez l’occasion et sans retarder cette tâche, car les idées sont parfois furtives. Dans un premier temps, notez absolument tout : bonnes idées comme mauvaises. Car généralement, sur le vif nous ne sommes pas à même de réellement juger de ce qui est une bonne ou mauvaise idée ou début d’idée. Notez tout et seulement ensuite vous mettrez en évidence, en sur-lignant par exemple, les bonnes idées.

En troisième conseil bis, je serai tenté de vous dire de mettre en place un échéancier ou emploi du temps pour la mise en oeuvre de vos idées, ou bien de vous imposer des directives avec des dates buttoirs. Même si vous pensez ne pas pouvoir les tenir, notez ces échéanciers et voyez ce que ça donne.

4. Détectez vos moments propices.

En quatrième conseil, de la même manière que vous avez aménagé un lieu propice à votre passage à l’action, tachez te déterminer le moment où vous serez le plus productif dans la journée ou la soirée. Et de nouveau, ne vous fiez pas aux conseils traditionnels de manière académique, mais tâchez plutôt de vous connaître vous-même. Pour prendre mon propre exemple on m’a toujours inculqué que le monde appartenait à ceux qui se lèvent tôt, ce qui m’a grandement complexé, car je suis plutôt du genre à me lever tard pour ma part et je suis plus productif la nuit que le jour. De ce fait, je me suis longtemps senti comme « anormal » sur ce point. Alors que de toute évidence en m’interrogeant sur moi-même je me suis rendu compte que le moment le plus propice et  où je suis le plus productif c’est entre 23h et 3h du mat quoi qu’en disent les proverbes et dictons populaires. Et c’est donc dans ces moments-là où je concentre depuis des années un maximum de ma productivité. Ce qui ne m’empêche pas d’être actif aussi dans la journée, mais avec moins d’efficacité malgré moi. À vous de déterminer les créneaux horaires qui conviendront le mieux à votre train de vie et à votre personnalité.

5. Ménagez-vous s’il le faut.

Ne soyez pas trop dur avec vous-même. Ne confondez pas autodiscipline et masochisme. En cinquième conseils j’aurais tendance à vous dire de ne pas surcharger vos efforts lorsque vous passez à l’action. Mais en fait, cela dépendra à nouveau de votre personnalité. Peut-être serez-vous du genre à déterminer une plage horaire plus courte mais durant laquelle vous bosserez à fond et sans relâche. Pour ma part je suis plutôt adepte de la technique du Pomodoro qui consiste à travailler par tranches de 25 minutes entrecoupés de pauses de 5 minutes avec des pauses plus longues d’environ un quart d’heure à 20 minutes toutes les deux heures. Généralement durant ces pauses je me prends une boisson chaude et/ou je me fais une rapide partie d’échecs en Blitz ou Bullet.

Mais je sais que pour beaucoup de monde il sera difficile de procéder ainsi, car cela les déconcentrera et ils auront du mal à se remettre au travail à chaque fois. Pour eux il sera peut-être mieux de travailler d’un seul trait. Quoique la technique du Pomodoro peut aussi les obliger à une certaine discipline. Je vous conseille cet article qui traite de ce sujet : Comment lutter contre la procrastination? (Article de LeMonde.fr)

6. Voyez grand même quand vous faites peu.

En sixième conseil je propose de mettre la barre haute concernant votre liste des tâches à accomplir. Mais attention, ce sixième conseil ne peut en aucun cas contredire le cinquième. Il faudra s’évertuer à faire un maximum de votre liste sans pour autant vous torturer l’esprit de ne pas être parvenu à tout faire. Au contraire, une fois que vous avez fini vos séances de travail si vous n’êtes pas parvenu à tout faire, concentrez-vous sur la satisfaction que vous pouvez tirer du peu de travail accompli. Se gratifier de son propre travail c’est comme se payer un salaire, ça fait du bien et ça nous encourage à avancer. Même si vous n’avez pas fait tout ce que vous vouliez faire, soyez au moins satisfait des choses bien accomplies, puis planifiez la suite si nécessaire.

7. Faites les pauses nécessaires.

Enfin mon  septième et dernier conseil, qui pourrait faire office de cinquième conseil bis, concerne la planification sur une semaine ou  sur une longue durée : pensez à vous offrir des minis congés durant une soirée ou une journée durant laquelle vous ne penserez pas ou peu à votre travail et vos activités. C’est un peu comme lorsque l’on veut faire un régime efficace, il faut savoir s’octroyer un petit plaisir hebdomadaire de relâchement sans trop d’exagération.

Voilà donc mes quelques premiers conseils pour aider ceux qui procrastinent à passer à l’action. Et souvenez-vous que nous sommes tous bourrés d’idées, mais que peu d’entre nous passent à l’action. D’ailleurs à ce titre lorsque vous venez à manquer un peu d’idées, pensez à bien écouter les autres et développez votre sens de l’observation. Votre entourage pourrait vous donner beaucoup plus d’idées que ce que vous imaginez. Ce type d’observation peut par ailleurs être fait durant vos moments de récréation.

Ne perdez plus de temps et passez à l’action dès que possible en créant les conditions propices à la mise en application de vos idées.