Dans le précédent article, nous avons déterminé que la perception du temps lors d’un examen change selon notre aisance lors de celui-ci. D’où l’intérêt d’une bonne organisation sereine. Loin de moi l’idée d’être exhaustif, mais penons quelques exemples.

Pour une rédaction (français ou histoire) qui se déroulerait en deux heures, il faudrait réserver une première partie de temps (disons dix minutes à un quart d’heure) à noter tous les points clés (dates, concepts, idées,…) sur un brouillon et à organiser le plan de rédaction via un sommaire : introduction, 1ère idée, 2ème idée, 3ème idée, etc. et conclusion. En ne mettant qu’une seule idée ou concept fort(e) par paragraphe. Ensuite, si le texte doit être limité, déterminer le nombre de lignes par paragraphe et faire au mieux pour s’y tenir lors de la rédaction.

Le temps restant pour l’épreuve devra alors être découpé en nombre de parties égales en prenant soin de se laisser vingt minutes à la fin pour relecture et conclusion. Notez que la conclusion, ou fin de texte, est importante, car c’est sur cette dernière impression que le lecteur restera. Ceci nous laisse donc environ 85 minutes pour rédiger l’introduction et le corps du texte, soit environ 20 minutes par parties si le texte est découpé en 3 parties+introduction. Ensuite, ce sont vos qualités de narrateur qui permettront de fluidifier le texte en le ponctuant de vos idées fortes en relation avec le sujet.

Pour une dissertation, c’est le même principe si ce n’est que le découpage sera différent : une première partie évoquant une thèse, une seconde évoquant une antithèse et enfin une troisième partie généralement plus brève et faisant office de conclusion, où l’on résume les principes forts qui ressortent de cette confrontation entre la thèse et l’antithèse. Cette dernière partie est appelée synthèse. Elle peut faire l’objet d’une prise de partie pour la thèse ou son opposé, mais aussi (et c’est parfois préférable) se développer en toute neutralité. Les deux premières parties peuvent être d’ailleurs découpés en paragraphes, mais il faudra prendre soin de bien marquer le passage d’une partie à l’autre et aussi d’avoir une idée forte à chaque paragraphe.

Pour un devoir autre (mathématique, physique, qcm,etc…) généralement le format est différent et il s’agit bien souvent d’un simple questionnaire auquel il faut répondre. Il faut alors commencer par lire tous les énoncés et surtout bien s’assurer de les avoir parfaitement compris (d’où l’intérêt de lire beaucoup toute l’année et de faire des exercices de compréhension ; on n’y pense pas assez durant l’année, mais des exercices de décorticage et compréhension d’énoncés sont primordiaux). Seulement après avoir lu l’intégralité, vous commencez à répondre en privilégiant les points que vous maîtrisez et que vous venez de repérer. Vous revenez ensuite sur les points délaissés et pour lesquels vous avez préalablement laissé les espaces nécessaires si l’examen l’exige.

Important, prenez toujours l’habitude d’avoir une feuille de brouillon, entraînez-vous au préalable à la prise de notes rapide (le langage sms bien que critiqué par ailleurs peut s’avérer ici très utile). Notez-y tout ce qui vous passe par la tête, entourez ou surlignez les éléments les plus importants et pochez ou barrez ceux qui le sont moins ou pas du tout. Organisez-y vos idées sous forme de plans ou de schémas et ne soyez pas avare de ces principes, car c’est ainsi que notre esprit fonctionne. Ces schémas et plan ne seront que la traduction concrète de ce qui passe généralement de façon abstraite dans nos cerveaux.

Et n’oubliez pas, moins il y a de stress et plus il y a de maîtrise et de contrôle du temps. Et pour ce dernier point et en vue des examens, je ne saurais que recommander une bonne hygiène physique, une bonne hygiène alimentaire et une bonne hygiène du sommeil. Les révisions c’est bien, mais elles ne doivent pas affecter de trop ces trois précédents points, car ce serait au final contre-productif. Comme au moment de passer à l’acte, le fait d’être en possession de tous ses moyens et souvent bien plus important que la masse de données ingurgitée. En effet, à quoi bon avoir des tas de connaissances en tête et ne plus être en état ensuite de les mettre en pratique ?

Audible


Vous pouvez écouter les livres en audio sur Audible comme je le fais parfois, c'est vraiment génial. Et il y a la possibilité d'avoir un mois d’essai gratuit autant en profiter :


Nous suivre

Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir nos nouveaux articles directement dans votre navigateur :

Ou partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.